L’épilation, on en parle / Billet d’humeur #2

Les poils, c’est chiant.

Parce que Madame Standard de la Société à décidé que c’était sale, moche et que les femmes devaient les cacher ; les poils, qui n’étaient rien d’autre qu’un attribut physique comme un autre, se transforment en une galère sans nom.

Etre une femme c’est pas facile. On a les cours, la famille, les embrouilles, les gosses parfois, un idéal auquel correspondre (ben oui c’est important). Mais dans tout ça, il EST DE NOTRE  DEVOIR de rester fraîche et imberbe de tous poils disgracieux qui viendraient souiller notre corps sculpté à la salle de sport trois fois par semaine.

On se retrouve donc à caser de longues et douloureuses séances d’épilations dans nos emplois du temps de femmes (ministres). On se retrouve à s’organiser par rapport à nos vacances. On se retrouve à s’empêcher d’aller à la piscine, de mettre un short ou une jupe, même quand il fait chaud.

On peut choisir la facilité, à savoir le rasoir. Le truc avec ça, c’est que dès qu’on est un peu poilue, ça devient désastreux. Ça repousse plus dru, plus foncé, bref c’est le bordel. Donc en général, on part pour l’épilation à la cire.

Là encore on a le choix : seule ou par une esthéticienne ? Mais quand on a pas un portefeuille très épais, ou qu’on a absolument pas le temps, on se retrouve bien souvent à s’épiler chez soit.

Une fois qu’on a réussi à s’organiser, et qu’on acheté le (coûteux) matériel d’extraction forcée, on part pour 20 minutes de douleurs intenses. On en pleure. On en saigne parfois.

Je veux pas m’apitoyer sur mon (notre) sort. Je sais que certaine femme en souffre peu, ou peuvent se permettre d’utiliser un rasoir. Je veux pas « lever un débat » sans proposer de solutions. Le problème c’est que il y en a pas vraiment. Il y a le mouvement de plus en plus populaire de filles qui arrêtent de s’épiler. Mais, personnellement, je ne suis pas prête à ça (comme beaucoup, je pense).

Ce que je veux surtout vous dire, c’est qu’on en est presque toutes au même point. On sait toute comme c’est chiant, compliqué, et comme ça fait mal. Alors je ne veux pas faire ma donneuse de leçon, moi la première, j’ai jugé des filles dont le look n’était pas soigné etc. Mais s’il vous plait, quand vous verrez une fille dans la rue qui n’est pas (bien) épilée, ne la regardez pas comme une paria. Si nous entre filles, arrêtions de nous juger, ce serait déjà beaucoup plus facile vous ne croyez pas ?

MadGirl

 

Hellocoton et moi / Billet d’humeur #1

Lorsqu’on démarre l’aventure blogging, plusieurs choses sont indispensables. Un compte Hellocoton en fait partie.

Voilà pourquoi moi, blogueuse toute fraîche avec 3 abonnés au compteur, je me retrouvais sur le site Hellocoton. Tout était rose. Et mignon. Il y avait de jolis articles partout. En 2/3 clics, j’étais inscrite. 10 minutes plus tard, mon profil était configuré. Je me lançais alors à l’assaut d’Hellocoton.

hellocoton.png

 

Leur catalogue proposait 2 catégories : les « stars » et les « débutantes« . J’ai trouvé que la colonne débutante était vraiment un concept génial, pour promouvoir les petites blogueuses comme moi. J’ai continué mon exploration, de plus en plus loin, en laissant des likes et des commentaires sur mon passage, comme des miettes de pain. Ensuite j’ai découvert cette tendance des blogueuses bientôt-mais-pas-encore-influentes de laisser des messages sur les pages des débutantes :

« coucou ma belle » « bienvenue » « tu verras, ici, tout le monde est gentil » « bisous »

Des petits mots mignons à en vomir des arcs-en-ciels. Ces petits mots me rappelaient les « abonnez vous je rend » de youtube mais en version beaucoup plus fine. J’étais prise de doute. Alors qu’est ce que c’était ? Une sombre technique marketing ? Ou de la réelle considération pour les petites blogueuses ? Ce pourrait-il qu’Hellocoton soit un véritable refuge en ligne, un monde des bisounours tout doux et moelleux ou pas un troll ne sévit ?

J’ai continué d’explorer. J’ai vu des jolies photos, beaucoup de rose et de sourires. J’ai découvert la Sélection du Jour et le top Frais et Populaire. Le tout ruisselait de joie, de licornes et de bonheur.

Comprenez moi, je ne suis pas à l’aise avec ça. Le bonheur dégoulinant, c’est pas mon truc. La perfection c’est pas mon truc.

Et puis j’ai reçu mon premier petit mot mignon et j’y ai répondu. J’étais toute contente, car même si je doutais de la sincérité des gentillesses qui m’avaient été adressées, j’avais répondu par un compliment sincère, et ça m’avait fait du bien.

Au final, je me suis habitué au rose. Donner des compliments sincères en sachant que ça comptera pour la personne qui les lira, ça fait vraiment plaisir. Hellocoton est avant tout un lieu de partage, et pour ça on peut dire qu’il fait très très bien son job. Mais c’est également un lieu de rencontre et de bienveillance. J’adore visiter les pages et les blogs, commenter, approuver, discuter. Et j’adore recevoir des likes ou des commentaires, gentils ou constructifs. L’atmosphère est douce, tranquille et agréable. J’ai vite vu à quel point un compte était indispensable pour promouvoir son blog, mais surtout (ce qui m’intéresse le plus) faire des rencontres sur la blogosphère !

En définitive, je dis vive Hellocoton !

MadGirl